L’Allocation Personnalisée d’Autonomie

Comment l’Allocation personnalisée d’autonomie va vous aider ! Découvrez le calcul de cette allocation et les critères d’attribution. L’aide au maintien à domicile est une mesure essentielle. Ne vous en privez pas pour aider vos proches fragiles et en perte d’autonomie. La dépendance est l’affaire de tous.

Vieillissement de la population et allocation personnalisée d’autonomie

Vous le savez sans doute, nous vivons dans un pays vieillissant. Les chiffres parlent d’eux même puisqu’alors que les personnes âgées de plus de 60 ans sont au nombre de 16 millions aujourd’hui, elles seront 20 millions en 2030 et 24 millions en 2060. Je pourrais également vous parler de la population des plus de 85 ans qui va quadrupler d’ici 2060. Cette augmentation n’est pas exponentielle mais presque. Cette situation pose à la Société quelques soucis d’ordre économico-social, découvrez l’allocation personnalisée d’autonomie.

L’âge moyen de départ à la retraite augmente beaucoup moins vite, il s’affiche à un peu plus de 62 ans. Et la fin d’une activité professionnelle entraîne une perte financière très conséquente si on en croit le montant moyen de la pension touchée qui s’établit à 1376 € bruts mensuels. Il est déjà difficile de vivre correctement avec ce montant, et de conserver une vie sociale minimale quand tout va bien. Mais lorsque la maladie et la perte de dépendance s’invitent, la vie devient vite impossible.

Or, 1,2 millions de nos concitoyens sont actuellement dépendants au sens de l’allocation personnalisée d’autonomie, l’APA (prononcez appât). Cela correspond quand même à 7,8 % des plus de 60 ans. A l’horizon 2060, ce nombre doublera. La dépendance, le mot est lâché. Il est défini comme un état durable de la personne entraînant des incapacités et requérant des aides pour réaliser des actes de la vie quotidienne. La dépendance constitue donc pour l’Etat un enjeu politique majeur dans notre société au vieillissement accéléré. Pour les membres de la famille également (enfants- petits enfants- frères-sœurs, …), soit les proches aidants, la difficulté est de taille.

Création de l’allocation personnalisée d’autonomie

L’adaptation de la société à ce problème ne date pas d’hier, puisque que l’allocation personnalisée d’autonomie a été créée en 2001. Elle a permis de passer d’une logique d’aide sociale à une logique de prestation universelle liée à un plan d’aide notamment à domicile. Elle a vocation à aider financièrement le maintien à domicile des personnes âgées de 60 ans ou plus qui sont en situation de perte d’autonomie quels que soient leurs revenus. Mais le montant de la prise en charge dépend des revenus. Pour être tout à fait complet, l’APA ne peut pas se cumuler avec d’autres aides financières comme la PCH (Prestation de Compensation du Handicap), l’aide-ménagère à domicile, ainsi que les aides des caisses de retraite. Par contre, l’Allocation de Solidarité aux Personnes Agées (ASPA), ex « minimum vieillesse » peut être également perçue dès 65 ans, ainsi que l’Allocation Supplémentaire d’Invalidité (ASI).

Allocation personnalisée d’autonomie et conseil général

Pour bénéficier de l’allocation personnalisée d’autonomie, il faut en faire la demande auprès du Conseil Général dont dépend le domicile de la personne âgée concernée. Une équipe médico-sociale ou une assistante sociale, se rendra alors au domicile de la personne âgée pour évaluer son niveau de perte d’autonomie. Elle la classera dans le groupe iso-ressources (GIR) qui correspond le mieux aux troubles constatés et déterminera le plan d’aide à mettre en place. Par exemple, le nombre d’heures d’aide à domicile accordées, le nombre de repas portés à domicile, le coût du service apporté et la participation financière laissée à la charge de la personne aidée.

Cette évaluation est déterminée grâce à une grille AGGIR (Autonomie Gérontologie Groupe Iso Ressources) qui classe la perte d’autonomie de la personne âgée dépendante en 6 catégories de GIR 1 (perte d’autonomie maximale) à GIR 6 (perte d’autonomie peu importante). L’allocation personnalisée d’autonomie peut être versée uniquement aux personnes classées en GIR 1 à 4.

En France, actuellement 758000 personnes à domicile bénéficient de l’APA, alors que les services gouvernementaux estiment qu’1 million 250 mille personnes devraient pouvoir la recevoir. Il semblerait donc qu’un certain déficit d’informations sur le sujet soit en cause. Toujours est-il que la proportion des personnes classées en GIR 4 représente près de 60 % de l’ensemble des GIR comme le démontre le graphique ci-dessous :

répartition de la population selon le GIR en France

répartition de la population en fonction du GIR

Allocation personnalisée d’autonomie et calcul du GIR

Pour être tout à fait exhaustif, il est important de savoir à quoi correspondent ces différents GIR :

  • Le GIR 1 correspond aux personnes âgées confinées au lit ayant perdu leur autonomie mentale, corporelle, locomotrice et sociale, et qui nécessitent une présence indispensable et continue d’intervenants. Dans ce groupe se trouvent également les personnes en fin de vie.
  • Le GIR 2 regroupe deux catégories :
    – les personnes confinées au lit ou au fauteuil dont les fonctions mentales ne sont pas totalement altérées. ET qui nécessitent une prise en charge pour la plupart des activités de la vie courante.
    – celles dont les fonctions mentales sont altérées mais qui ont conservé leurs capacités motrices. Le déplacement à l’intérieur est possible mais la toilette et l’habillage ne sont pas faits ou partiellement.
  • Le GIR 3 regroupe les personnes ayant leur autonomie mentale, partiellement leur autonomie locomotrice. Mais qui nécessitent quotidiennement et plusieurs fois par jour des aides pour leur autonomie corporelle. Ainsi la toilette et l’habillage ne sont pas faits ou partiellement. De plus, la majorité d’entre elles n’assument pas seules l’hygiène de l’élimination anale et urinaire.
  • Le GIR 4 comprend deux catégories de personnes:
    – les personnes qui, une fois levées, peuvent se déplacer en intérieur. Elles doivent être aidées pour la toilette et l’habillage.
    – celles n’ayant pas de problèmes locomoteurs, mais devant être aidées pour les activités corporelles et pour les repas.
  • Le GIR 5 est composé des personnes autonomes dans leurs déplacements chez elles, s’alimentant et s’habillant seules. Elles peuvent avoir besoin d’une aide ponctuelle pour la toilette, la préparation des repas et le ménage.
  • Le GIR 6 regroupe les personnes qui n’ont pas perdu leur autonomie pour les actes discriminants de la vie quotidienne.

L’ allocation personnelle d’autonomie mensuelle peut être égale au maximum à 1714,80 € pour le GIR 1, 1376,92 € pour le  GIR 2, 994.87 € pour le GIR 3, et 663.62 € pour le GIR 4. Dans une majorité de cas, elle est minorée en fonction des ressources de la personne dépendante. Le barème est révisable tous les ans. Il n’empêche qu’avec une pension moyenne de 1376 € bruts mensuels pour chaque retraité, l’allocation personnalisée d’autonomie est déterminante !  Le budget d’une majorité de personnes en perte d’autonomie en est totalement dépendant. La demander est un droit qu’il convient d’utiliser.

Plus d’informations sur l’allocation personnalisée d’autonomie

Les aidants familiaux doivent recevoir l’information la plus exhaustive sur la dépendance, je vous encourage donc à lire le dossier du portail national d’information pour l’autonomie des personnes âgées et l’accompagnement de leurs proches à l’adresse suivante : http://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/beneficier-daides/lallocation-personnalisee-dautonomie-apa/lapa-domicile

ManAged, vous fournira bientôt une grille. Elle vous permettra de déterminer instantanément, avec une très faible marge d’erreur, la classification de votre proche dépendant. Et, pour le cas où cette évaluation serait ancienne, cette grille vous permettra de noter si la situation s’aggrave. Elle vous oblige aussi à demander une réévaluation de sa situation auprès du Conseil Général.

ManAged, va vous permettre également, en quelques secondes, de calculer instantanément le montant de l’allocation personnalisée d’autonomie. Vous saurez à combien votre proche dépendant peut prétendre.

Patience 🙂

Partager votre expérience !